Comment socialiser votre chiot ?

Publié le 30/09/2016 | socialisation du chiot

La capacité à bien communiquer avec son espèce n’est malheureusement pas innée. Etre sociable s’apprend tout d’abord au sein de la famille puis au contact des autres.

Le chien qui, à l’instar de l’homme, est un être social n’échappe pas à la règle. C’est d’abord la mère qui inculque à ses chiots les règles du bien communiquer parmi les chiens. Elle surveille les interactions au sein de la fratrie et intervient lorsque l’un d’entre eux est trop agressif. Elle lui apprend à inhiber sa morsure et à se soumettre. Deux comportements que doit connaître le chien pour intéragir positivement avec ses congénères, tout au long de sa vie.

Seulement voilà, une fois sevré, le plus souvent vers deux mois, il va subitement passer d’une vie socialement stimulante à une vie solitaire, souvent exempte de chiens. Les nouveaux propriétaires, persuadés de bien agir, vont accentuer son mal être en le prenant sytématiquement dans leurs bras à la vue d’un congénère plus gros ou en tirant sur la laisse et en le réprimandant s’il tente de s’en approcher. Dans le premier cas, le maître communique sa peur au chiot qui, à la longue, associera l’espèce canine, à un danger. Dans le second cas, le jeune chien comprend après plusieurs répétitions qu’il est puni à cause de ses congénères. Il ressentira à leur simple vue non pas de la peur mais de la colère.

Dans les deux cas, le résultat est le même. Le chiot ne communiquant plus avec son espèce, il devient un adulte asocial, potentiellement dangereux, capable de mordre ses congénères par peur ou par agressivité. L’attitude des maîtres qui consiste à empêcher leur chiot de communiquer au sein de sa propre espèce alors même qu’il se trouve dans sa phase de socialisation (entre 3 et 16 semaines) est la pire contrainte qui soit.

Dans l’idéal, votre chiot doit pouvoir interagir avec une centaine de chiens différents avant d’atteindre ses 4 mois. Comment ? Sortie ballade en milieux ouverts et fréquentés (promenades le long de l’eau, berges, rues piétonnes) auxquels vous l’aurez progressivement habitué, en longe suffisamment longue (8 à 10 mètres) pour lui donner une grande liberté de mouvements lors des rencontres et jeux.

Rassurez-vous, dans ces endroits, les chiens adultes respectent les chiots et par conséquent, ne leur font aucun mal. Certains vont chercher le contact, d’autres vont l’éviter. Autant de comportements que votre chiot doit apprendre à décoder pour devenir un pro de la communication canine.

La longe est également une sécurité car vous pouvez contrôler votre « bébé » lors du passage de voitures, vélos, chats (en ville) et de lapins ou autres gibiers (à la campagne).

P1000847